DISCRIMINATION SYSTÉMIQUE: ATF DÉPOSE UNE PLAINTE

547352_428343893847714_947845276_nSource ATF: Discrimination systémique envers les travailleuses de la construction .

 Action travail des femmes (ATF) dépose une plainte à la Commission des droits de la personne et de la jeunesse du Québec (CDPDJ).

Montréal, le 19 août 2016 : «En conformité avec l’article 74 de la Charte des droits et libertés de la personne, Action travail des femmes du Québec (ATF) a formellement déposé une plainte auprès de la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse (CDPDJ) à l’encontre du Service de référence de main-d’œuvre de la Commission de la construction du Québec (CCQ) pour discrimination systémique basée sur le sexe…

… L’expérience prolongée d’intervention d’ATF amène à conclure que si les objectifs poursuivis lors de la mise en place du Carnet étaient tout à fait louables, les modalités du Service de référence de main-d’œuvre, administré par la CCQ, ont pour effet d’entraver de manière décisive la possibilité objective des travailleuses de se maintenir dans l’industrie, et ce, parce qu’elles sont des femmes. La persistance de pratiques de discriminations à l’embauche envers les femmes, lesquelles sont indirectement encouragées et rendues invisibles par le Carnet référence construction, sont confirmés par plusieurs acteurs sur le terrain.

À ce propos, ATF avait en novembre 2012 publié un communiqué où il signifiait son inquiétude quant à l’efficacité des mesures spécifiques aux travailleuses de la construction du Service de référence de main-d’œuvre. Les écueils appréhendés dès lors se confirment.

Dans l’objectif d’éradiquer les discriminations dans l’industrie de la construction et d’assurer une juste représentation des groupes traditionnellement discriminés, ATF considère qu’il est essentiel que la CCQ révise en profondeur son système de référencement ayant pour effet de précariser les travailleuses de l’industrie. Il est grand temps que la CCQ s’attaque de front aux pratiques discriminatoires que vivent les travailleuses sur la base de leur sexe. Est-il nécessaire de rappeler qu’en 2015, les femmes ne représentaient que 1,48% de la main-d’œuvre dans l’industrie de la construction au Québec ?

ATF remercie la Clinique juridique Juripop pour son expertise, qui a agi à titre de procureur dans ce dossier et espère que la CDPDJ accueillera favorablement cette plainte dont le droit à l’égalité en emploi de nombreuses femmes dépend…»

Analyse de la discrimination systémique fondée sur le sexe inhérente au Service de référence de maind’œuvre dans l’industrie de la construction.

Vous aimerez aussi...